La graine à canaris : une céréale nouvelle développée dans les Prairies canadiennes

Article rédigé par :

Arzoo Sharma, Anna Chepurna, Dave Turnock, Jerry Kletke et Marta Izydorczyk
Programme du LRG : Mouture et maltage – Recherche sur l’orge et d’autres grains

Origine et développement

Fig. 1 Alpiste des Canaries. Photo gracieusement fournie par Gloria 	Gingera, Centre de développement des cultures de l’Université de la Saskatchewan.
Figure 1. Alpiste des Canaries. Photo gracieusement fournie par Gloria Gingera, Centre de développement des cultures de l’Université de la Saskatchewan.

L’alpiste des Canaries (Phalaris canariensis L.) est une plante de la famille des poacées qui compte aussi des céréales familières comme le blé, le seigle, l’orge et l’avoine. L’alpiste (figure 1) est une plante originaire de la région méditerranéenne, mais qui est maintenant cultivée commercialement dans plusieurs parties du globe, notamment au Canada, pour ses graines (ci-après appelées « graines à canaris »).

Traditionnellement, les graines à canaris n’étaient employées que pour nourrir les oiseaux, car les enveloppes des graines étaient recouvertes de fibres siliceuses semblables à des poils désignées sous le terme de « trichomes » (figure 2A). Ces premières variétés étaient impropres à l’alimentation humaine, car les petits poils contaminaient les grains entiers décortiqués (gruaux) lors du décorticage et étaient considérés comme une matière dangereuse et potentiellement cancérogène pour l’humain. Les poils provoquaient aussi des irritations chez les opérateurs de moissonneuse-batteuse et les personnes qui manipulaient la graine à canaris.

À la fin des années 1990, Pierre Hucl, Ph. D., sélectionneur au Centre de développement des cultures (CDC) de l’Université de la Saskatchewan, a créé une variété d’alpiste des Canaries à graines glabres (cv. CDC Maria, variété enregistrée au Canada en 1997). Les glumes et les enveloppes des graines produites par cette variété étaient complètement dépourvues de trichomes (figure 2B). Non seulement les graines nues ou glabres de la nouvelle espèce obtenue étaient plus faciles à manipuler, mais elles pouvaient être consommées sans danger et utilisées par l’industrie alimentaire comme céréale.

En 2015, la graine à canaris glabre s’est vue décerner le statut de GRAS (généralement considéré comme sûr) par Santé Canada et la FDA (Food and Drug Administration des États-Unis) et a été approuvée comme aliment nouveau.

Position de la CCG à l’égard de la graine à canaris

La graine à canaris ne figure pas actuellement parmi la liste des 20 grains officiellement réglementés par la Loi sur les grains du Canada (LGC). La Canary Seed Development Commission of Saskatchewan a présenté une demande officielle à la ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire du Canada et à la Commission canadienne des grains (CCG) pour que la graine à canaris soit désignée comme un grain officiel aux termes de la LGC. La CCG préparé un projet de règlement pour que la graine à canaris devienne un grain officiel visé par toutes les dispositions de la LGC et du Règlement sur les grains du Canada, et ce, à compter du 1er août 2021. Par suite de cette modification, la Commission canadienne des grains serait responsable de déterminer le grade et le taux d’impuretés de la graine à canaris, et les producteurs de graine à canaris bénéficieraient du programme de Mesures de protection des producteurs de grain de la CCG.

Fig. 2 Photomicrographie MEB d’une graine velue (A). Adapté de Abdel-Aal et al., 1997.
Figure 2A. Photomicrographie MEB d’une graine velue. Adapté de Abdel-Aal et al., 1997, avec permission.
Fig 2. Photomicrographie MEB d’une graine nue (B). Adapté de Abdel-Aal et al., 1997.
Figure 2B. Photomicrographie MEB d’une graine nue. Adapté de Abdel-Aal et al., 1997, avec permission.
Date de modification :