Qualité du canola récolté au printemps 2017 dans l’Ouest canadien

La période de récolte 2016 s’est échelonnée d’août 2016 à mai (juin) 2017. La prolongation de la période de récolte était attribuable aux mauvaises conditions météorologiques et aux précipitations de pluie et de neige qui ont sévi durant l’automne 2016. Il est difficile d’estimer dans quelle mesure ces conditions ont eu des répercussions sur la production de canola et l’incidence qu’elles ont eu sur la quantité de canola récolté au cours du printemps 2017. Il est cependant possible d’estimer les superficies de canola non récoltées pour chaque province à partir des données fournies par Statistique Canada (tableau 1).


Tableau 1 : Canola – Estimation des superficies ensemencées et récoltées et de la production en 2016.
Superficie ensemencée (hectares) Superficie récoltée (hectares) Pourcentage de la superficie non récoltée en 2016 Production (tonnes métriques)
Manitoba 1 276 800 1 256 500 1,6 2 744 200
Saskatchewan 4 492 000 4 224 900 5,9 9 752 200
Alberta 2 407 900 2 225 800 7,6 5 783 300
Colombie-Britannique 38 400 34 800 9,4 81 600
Statistique Canada

Le présent rapport est basé sur l’analyse des 173 échantillons de canola de printemps qui ont été reçus. Au 20 juin 2017, seulement 161 échantillons avaient été analysés. Douze échantillons de graines de canola n’ont pu être analysés, car ils étaient extrêmement moisis lorsqu’ils sont arrivés au laboratoire. Lors de la récolte, ces échantillons de graines ont été placés dans des sacs de plastique hermétiques et envoyés au Laboratoire de recherches sur les grains. Certains de ces échantillons de canola de printemps montraient un taux d’humidité très élevé; on présume que les échantillons ont moisi durant le transport au laboratoire.

Douze des échantillons les plus moisis ont été analysés aux fins de détection de contaminants microbiens (tableau 2). Il n’a pas été possible d’établir une tendance cohérente puisqu’on a constaté la présence à la fois de moisissures et de bactéries. Six des échantillons analysés contenaient du Penicillium, alors que certains contenaient de l’Aspergillus. On a avancé l’hypothèse qu’Aspergillus et Penicillium étaient des champignons d’entreposage et n’avaient pas infesté les graines au champ (Williams et McDonald, 1983). Cette supposition semble correspondre à l’hypothèse que nous avons avancée concernant la contamination subséquente à la récolte, soit que les échantillons ont moisi durant le transport vers le laboratoire parce qu’ils avaient été placés dans des sacs de plastiques alors qu’ils étaient très humides. On a également détecté la présence d’Alternaria chez sept de ces échantillons. Alternaria est un agent pathogène bien connu de toutes les variétés de canola et est très répandu dans les Prairies canadiennes (Conseil canadien du canola). Aussi, cinq des douze échantillons étaient fortement contaminés par des bactéries, ce qui aurait empêché la croissance de tout autre agent pathogène sur ces échantillons. On a également remarqué qu’un échantillon contenait du Fusarium; il ne s’agissait pas toutefois d’une espèce toxique.

Parmi les 161 échantillons de canola de printemps, 55 étaient classés Canola, Canada no 1 (34,2 %), 41 étaient classés Canola, no 2 Canada (25,5 %), 33 étaient classés Canola, no 3 Canada (20,5 %) et 32 étaient classés Échantillon (19,9 %). Des échantillons ont été déclassés en raison de la quantité élevée de graines endommagées associées à une odeur aigre, une odeur de moisi ou une odeur de ranci. Les graines n’affichaient pas une couleur naturelle; elles prenaient une teinte orangée au moment de la trituration. Il se peut que certains producteurs n’aient pas fait parvenir d’échantillons lorsqu’ils ont constaté que les graines de canola de printemps étaient de très mauvaise qualité. Par conséquent, le véritable pourcentage de canola de printemps classé Canola, Canada no 1 pourrait être plus faible que ce que nous avons obtenu dans le cadre de notre projet de recherche.

Pour étudier les effets de la récolte de printemps sur la qualité du canola, il faudrait comparer les données qualitatives du canola récolté au printemps avec celles du canola récolté en automne. Puisque la récolte de 2016 a dû être interrompue pendant plusieurs semaines en raison de la neige, les échantillons de canola récolté à l’automne 2016 ont été regroupés à partir des dates de combinaison indiquées par les producteurs sur les enveloppes. Nous avons avancé l’hypothèse que les échantillons prélevés en novembre avaient été récoltés après les chutes de neige, même si cela n’était pas indiqué clairement sur l’enveloppe, et que les échantillons de canola identifiés « enneigés » par les producteurs ont été ajoutés aux échantillons de novembre. Les tableaux 3 à 5 présentent les résultats des analyses qualitatives (teneur en huile, en protéines, en chlorophylle et teneur totale en glucosinolates des graines ainsi que teneur en acides gras libres de l’huile) des échantillons de canola classé Canola, no 1 Canada prélevés à différents moments de la récolte de 2016 (d’août à octobre 2016, en novembre et décembre 2016, en janvier 2017 et au printemps 2017) et analysés individuellement par méthode de référence. Les échantillons ont été groupés selon quatre périodes de récolte : d’août à octobre 2016 (avant les chutes de neige), en novembre et en décembre 2016 (après la neige), en janvier 2017 (hiver 2017) et d’avril à juin 2017 (printemps 2017). Les analyses statistiques ont montré qu’il n’y avait pas de différence au chapitre de la teneur en huile, en protéines et en chlorophylle entre les quatre groupes d’échantillons de graines. On a cependant observé une différence au chapitre de la teneur totale en glucosinolates entre les graines récoltées en janvier 2017 et celles récoltées au printemps 2017, montrant une moyenne et une médiane plus élevées (tableau 4) que les graines récoltées d’août à octobre 2016 et en novembre et décembre 2016. Même si l’écart était apparent, une différence de deux micromoles de glucosinolates par gramme de graines est peu susceptible d’avoir une incidence sur la qualité du tourteau de canola obtenu par trituration. La teneur en acides gras libres (AGL) de l’huile a montré des différences importantes selon la période de récolte (tableau 5). Les graines récoltées en hiver (janvier 2017) et au printemps 2017 contenaient des taux d’AGL beaucoup plus élevés que les graines récoltées en automne (d’août à octobre 2016 et en novembre et décembre 2016).

Les tableaux 6 à 8 montrent les teneurs en huile et en protéines ainsi que la teneur totale en glucosinolates et la teneur en AGL de tous les échantillons analysés individuellement pour la récolte de 2016. Le grade des échantillons de canola n’a pas eu d’incidence (aucune différence statistique) sur les teneurs en huile et en protéines ni sur la teneur totale en glucosinolates (tableaux 6 et 7). La teneur en chlorophylle des graines et la teneur en AGL de l’huile ont grandement varié selon le grade (Pr > F était de 0,0028 et de < 0,0001, respectivement). La teneur moyenne en chlorophylle était plus élevée selon le grade pour les échantillons récoltés d’août à octobre 2016 et en novembre et décembre 2016, confirmant que le principal facteur de déclassement était l’immaturité des graines indiquée par le nombre élevé de graines nettement vertes (tableau 7). Dans le cas des échantillons récoltés au printemps 2017, la teneur moyenne en chlorophylle des différents grades est demeurée constante (tableau 7), ce qui confirme que le nombre de graines vertes ne constituait pas le facteur de déclassement. Le canola du printemps 2017 a été déclassé principalement en raison des dommages, car les enveloppes des graines montraient différents degrés de décoloration (altérations dues aux intempéries) et, après trituration, le tourteau de canola arborait une teinte orangée passablement différente du jaune pâle que les graines affichent normalement. Toutes les graines des grades inférieures dégageaient une odeur laissant croire que les graines étaient en voie de moisir ou de rancir. Les teneurs moyennes en acides gras libres étaient plus élevées chez les échantillons récoltés en janvier 2017 et au printemps 2017 (tableau 8). Les graines ont été ensevelies sous la neige, ce qui a rendu le milieu très humide; par conséquent, on s’attendait à ce que les enzymes hydrolytiques soient activées et que les triacylglycérides de l’huile soient dégradés pour produire des acides gras libres. Au champ, les graines ont été en contact avec des moisissures et des bactéries qui auraient pu également produire des enzymes hydrolytiques entraînant la dégradation des triacylglycérides des graines.

La teinte orangée du canola récolté au printemps suppose que les graines ont subi une oxydation; par conséquent, on devrait retrouver dans ces graines une teneur élevée des produits de l’oxydation, comme les hydroperoxides et les aldéhydes. La prochaine étape du projet consistera à mesurer les produits d’oxydation de l’huile afin d’évaluer l’ampleur de l’oxydation de l’huile extraite des graines du canola récolté au printemps et de comparer cette oxydation à celle des huiles extraites du canola récolté d’août à octobre 2016 et en novembre et décembre 2016.

Méthodes

Teneur en huile : Une méthode de résonance magnétique nucléaire (RMN) pulsée (ISO 10565:1992) a été utilisée pour déterminer la teneur en huile des graines. L’instrument a été étalonné selon la méthode de référence pour la détermination de la teneur en huile (ISO 659).

Teneur en protéines et en chlorophylle et teneur totale en glucosinolates : La teneur en protéines et en chlorophylle et la teneur totale en glucosinolates ont été déterminées à l’aide de la spectroscopie dans le proche infrarouge au moyen d’un appareil Foss 6500. L’instrument a été étalonné suivant diverses méthodes de référence.

Composition des acides gras de l’huile : Une méthode d’extraction à froid utilisant 20 g de graines moulues et deux fois 30 ml d’éther de pétrole a été utilisée pour extraire suffisamment d’huile pour déterminer la composition des acides gras et la teneur en acides gras libres de chaque échantillon. La composition des acides gras de l’huile a été déterminée selon la norme ISO 12966-2:2017 modifiée (Préparation des esters méthyliques d’acides gras) à l’aide de méthylate de sodium, et selon la norme ISO 12966-1:2014 modifiée (Chromatographie en phase gazeuse). La teneur en iode de l’huile a été calculée à partir de la composition d’acides gras selon la méthode recommandée par l’AOCS Cd 1c-85 (1995, 1997).

Teneur en acides gras libres de l’huile : La teneur en acides gras libres de l’huile a été déterminée à l’aide d’une méthode modifiée mise au point par Ke et Woyewoda (1978). On a utilisé le pigment bleu alcalin 6B comme indicateur de couleur dans le cadre de l’analyse.

Tableau 2: Sommaire des résultats de l’analyse microbienne de douze échantillons de canola récolté au printemps. Les analyses ont été effectuées au Laboratoire de recherches sur les grains par M. Tom Graefenhan.
Numéro de l’échantillon de canola Surface stérilisée (Oui/Non) Alternaria Aspergillus Clado-sporium Fusarium Helmintho-sporium Mucor Penicillium Bactéries
Échantillon no 3 Oui (20 graines)
Non (30 graines)
1

1

3
Échantillon no 5 Oui (20 graines)
Non (30 graines)
13
16
2
13

1
1

24
Échantillon no 8 Oui (20 graines)
Non (30 graines)
1
2
3
8
24
1
20
Échantillon no 9 Oui (20 graines)
Non (30 graines)

30
Échantillon no 10 Oui (20 graines)
Non (30 graines)

30
Échantillon no 17 Oui (20 graines)
Non (30 graines)
8
5
6
8
1
1

30
Échantillon no 23 Oui (20 graines)
Non (30 graines)
11
8

4

1
3
1

29
Échantillon no 34 Oui (20 graines)
Non (30 graines)

1
4
30
Échantillon no 40 Oui (20 graines)
Non (30 graines)
16
13
1
1

1?
7
30
Échantillon no 46 Oui (20 graines)
Non (30 graines)
6
30
Échantillon no 47 Oui (20 graines)
Non (30 graines)
20
29
1
30
Échantillon no 48 Oui (20 graines)
Non (30 graines)
6
30
Tableau 3 : Statistiques sommaires – Teneur en huile et en protéines des échantillons de canola classé Canola, no 1 Canada récolté avant les chutes de neige (d’août à octobre 2016), après les chutes de neige (en novembre et décembre 2016), à l’hiver 2017 (en janvier 2017) et au printemps 2017 (en avril, mai et juin 2017).
Variable Teneur en huile (en %; à 8,5 % d’humidité) Teneur en protéines (en %; à 8,5 % d’humidité)
Période de récolte Août à octobre 2016 Nov. et déc. 2016 Janv. 2017 Printemps 2017 Août à octobre 2016 Nov. et déc. 2016 Janv. 2017 Printemps 2017
N 91 53 3 52 91 53 3 52
Moyenne 44,2 44,4 44,6 44,6 20,5 20,9 20,5 20,8
Écart-type 2,9 1,8 0,7 2,2 2,4 1,7 0,6 2,4
Minimum 38,4 40,9 43,8 38,9 15,2 17,1 20,0 13,3
Maximum 50,4 48,0 45,1 50,9 26,0 23,9 21,2 25,4
Médiane 44,1 44,2 44,8 44,2 20,5 21,1 20,2 21,3
Analyse de variance à un critère de classification
Pr > F 0,8912 0,7957
Diffère statistiquement Non Non
Tableau 4 : Statistiques sommaires – Teneur en chlorophylle et teneur totale en glucosinolates des échantillons de canola classé Canola, no 1 Canada récolté avant les chutes de neige (d’août à octobre 2016), après les chutes de neige (en novembre et décembre 2016), durant l’hiver 2017 (en janvier 2017) et au printemps 2017 (en avril, mai et juin 2017).
Variable Teneur en chlorophylle (en mg/kg, tel quel) Teneur en glucosinolates (en µmol/g; à 8,5 % d’humidité)
Période de récolte Août à octobre 2016 Nov. et déc. 2016 Janv. 2017 Printemps 2017 Août à octobre 2016 Nov. et déc. 2016 Janv. 2017 Printemps 2017
N 91 53 3 52 91 53 3 52
Moyenne 13 13 10 13 10 10 12 12
Écart-type 7 5 1 5 2 2 2 2
Minimum 2 4 9 0 5 6 10 7
Maximum 37 29 11 25 19 13 13 15
Médiane 11 12 10 14 10 10 12 12
Analyse de variance à un critère de classification
Pr > F 0,8218 0,0027
Diffère statistiquement Non Diffère statistiquement
Tableau 5 : Statistiques sommaires – Teneur en acides gras libres de l’huile extraite des échantillons de canola récolté avant les chutes de neige (d’août à octobre 2016), après les chutes de neige (en novembre et décembre 2016), durant l’hiver 2017 (en janvier 2017) et au printemps 2017 (en avril, mai et juin 2017).
Variable Teneur en acides gras libres de l’huile (en %, comme acide oléique)
Période de récolte Août à octobre 2016 Nov. et déc. 2016 Janv. 2017 Printemps 2017
N 91 53 3 52
Moyenne 0,17 0,35 0,88 0,43
Écart-type 0,12 0,3 0,59 0,2
Minimum 0,03 0,07 0,21 0,1
Maximum 0,77 1,35 1,35 1,07
Médiane 0,15 0,26 1,06 0,42
Pr > F <0,001
Diffère statistiquement Extrêmement
Tableau 6 : Statistiques sommaires – Teneur en huile et en protéines de tous les échantillons analysés individuellement de canola récolté avant les chutes de neige (d’août à octobre 2016), après les chutes de neige (en novembre et décembre 2016), durant l’hiver 2017 (en janvier 2017) et au printemps 2017 (en avril, mai et juin 2017).
Période de récolte Grade Pourcentage dans le grade N Teneur en huile (en %, à 8,5 % d’humidité) Teneur en protéines (en %, à 8,5 % d’humidité)
Moyenne Minimum Maximum Médiane Moyenne Minimum Maximum Médiane
Août à oct. 2016 1 86,7 91 44,2 38,4 50,2 44,2 20,5 15,2 26 20,5
Août à oct. 2016 2 7,6 8 44,4 41,4 48,6 44,3 20,7 17,6 24 20,5
Août à oct. 2016 3 1,0 1 42,2 20,6
Août à oct. 2016 ÉCHANT. 4,8 5 41,5 39,4 43,5 41,5 20,6 18,8 22,7 20,7
Août à oct. 2016 Tous 100 105 44,2 38,4 50,2 44,1 20,6 15,2 26 20,5
Nov. et déc. 2016 1 93,0 53 44,4 40,9 48,0 44,2 20,9 17,1 23,9 21,1
Nov. et déc. 2016 2 3,5 2 43,7 43,4 43,9 43,7 20,6 20,3 21 20,7
Nov. et déc. 2016 3 1,8 1 44,4 18,3
Nov. et déc. 2016 ÉCHANT. 1,8 1 44,6 20,2
Nov. et déc. 2016 Tous 100 57 44,4 40,9 48,0 44,2 20,8 17,1 23,9 21
Janvier 2017 1 100 3 44,6 43,8 45,1 44,8 20,5 20 21,2 20,2
Janvier 2017 Tous 100 3 44,6 43,8 45,1 44,8 20,5 20 21,2 20,2
Printemps 2017 1 34,0 55 44,6 39,9 50,9 44,2 20,8 13,3 25,4 21,3
Printemps 2017 2 25,3 41 45,1 38,9 48,2 45,6 20,8 17,5 23,8 20,8
Printemps 2017 3 20,4 33 45,8 41,5 50,3 45,3 21,6 18,4 25,0 21,8
Printemps 2017 ÉCHANT. 19,8 32 44,9 39,5 48,2 45,4 22,0 16,3 26,1 21,5
Printemps 2017 Tous 100 161 45,1 38,9 50,9 45,0 21,2 13,3 26,1 21,3
Tableau 7 : Statistiques sommaires – Teneur en chlorophylle et teneur totale en glucosinolates de tous les échantillons analysés individuellement de canola récolté avant les chutes de neige (d’août à octobre 2016), après les chutes de neige (en novembre et décembre 2016), durant l’hiver 2017 (en janvier 2017) et au printemps 2017 (en avril, mai et juin 2017).
Période de récolte Grade Pourcentage dans le grade N Teneur en chlorophylle (en mg/kg, tel quel) Teneur totale en glucosinolates (en µmol/g; à 8,5 % d’humidité)
Moyenne Minimum Maximum Médiane Moyenne Minimum Maximum Médiane
Août à oct. 2016 1 86,7 91 13 2 37 11 10 5 19 10
Août à oct. 2016 2 7,6 8 32 16 54 31 10 8 12 11
Août à oct. 2016 3 1,0 1 44 13
Août à oct. 2016 ÉCHANT. 4,8 5 18 14 24 17 12 8 15 14
Août à oct. 2016 Tous 100 105 15 2 54 12 11 5 19 11
Nov. et déc. 2016 1 93,0 53 13 4 29 12 10 6 13 10
Nov. et déc. 2016 2 3,5 2 32 23 41 32 12 10 14 12
Nov. et déc. 2016 3 1,8 1 45 13
Nov. et déc. 2016 ÉCHANT. 1,8 1 45 13
Nov. et déc. 2016 Tous 100 57 14 4 45 12 10 6 14 10
Janvier 2017 1 100 3 10 9 11 10 12 10 13 12
Janvier 2017 Tous 100 3 10 9 11 10 12 10 13 12
Printemps 2017 1 34,0 55 13 SD 25 14 12 7 15 12
Printemps 2017 2 25,3 41 13 7 25 12 11 6 19 11
Printemps 2017 3 20,4 33 14 3 41 12 11 6 25 10
Printemps 2017 ÉCHANT. 19,8 32 15 SD 58 13 9 4 26 9
Printemps 2017 Tous 100 162 14 ND 58 13 11 4 26 11
SD : Sous la limite de détection
Tableau 8 : Statistiques sommaires – Teneur en acides gras libres de l’huile extraite des échantillons analysés individuellement de canola récolté avant les chutes de neige (d’août à octobre 2016), après les chutes de neige (en novembre et décembre 2016), durant l’hiver 2017 (en janvier 2017) et au printemps 2017 (en avril, mai et juin 2017).
Période de récolte Grade Pourcentage dans le grade N Teneur en acides gras libres de l’huile (en %, comme acide oléique)
Moyenne Minimum Maximum Médiane
Août à oct. 2016 0,17 0,03 0,77 0,15
Août à oct. 2016 2 7,6 8 0,35 0,08 0,96 0,3
Août à oct. 2016 ÉCHANT, 4,8 5 0,35 0,08 0,96 0,3
Août à oct. 2016 Tous 100 105 0,22 0,03 2,8 0,16
Nov. et déc. 2016 1 93,0 53 0,35 0,07 1,35 0,26
Nov. et déc. 2016 2 3,5 2 0,34 0,13 0,54 0,34
Nov. et déc. 2016 3 1,8 1 1,63
Nov. et déc. 2016 ÉCHANT. 1,8 1 0,67
Nov. et déc. 2016 Tous 100 57 0,38 0,07 1,63 0,27
Janvier 2017 1 100 3 0,88 0,21 1,35 1,06
Janvier 2017 Tous 100 3 0,88 0,21 1,35 1,06
Printemps 2017 1 34,0 55 0,43 0,1 1,07 0,42
Printemps 2017 2 25,3 41 0,87 0,34 1,99 0,8
Printemps 2017 3 20,4 33 1,34 0,38 3,02 1,07
Printemps 2017 ÉCHANT. 19,8 32 1,67 0,75 4,77 1,41
Printemps 2017 Tous 100 162 0,94 0,1 4,77 0,80

Références

Méthode officielle de l’AOCS Ba 4e-93 (1995, 1997). « Protein content by combustion method ».

ISO 10519:1997 (F). « Graines de colza -- Détermination de la teneur en chlorophylle – Méthode spectrométrique ».

Conseil canadien du canola : Tache noire alternarienne (disponible en juillet 2017, en anglais seulement).

ISO 9167–3: 2007 (E). « Rapeseed - Determination of glucosinolate content—Part 3 : Spectrometric method for total glucosinolates by glucose release ». (Graines de colza -- Dosage des glucosinolates —Partie 3 : Méthode spectrométrique de dosage des glucosinolates par libération de glucose)

KE, P.J. et A.D. WOYEWODA (1978). « A titrimetric method for determination of free fatty acids in tissues and lipids with ternary solvents and m-cresol purple indicator. » Analytica Chemica Acta, 99, 387–391.

WILLIAMS, R.J. et D. MCDONALD (1983). « Grain molds in the tropics: problems and importance. » Annual Review of Phytopathology, 21, 153, 178

Remerciements

Le Laboratoire de recherches sur les grains remercie de leur collaboration les producteurs de canola, les installations de manutention du grain et les usines de trituration d’oléagineux de l’Ouest canadien pour les échantillons de canola utilisés dans le cadre de ce projet. Il souhaite également remercier les Services à l’industrie de la Commission canadienne des grains pour l’aide apportée au classement de tous les échantillons reçus, ainsi que les employés du programme de recherche sur les oléagineux du Laboratoire de recherches sur les grains pour leur aide technique.

Date de modification :