Qualité de l'orge brassicole de l'Ouest canadien en 2017 - Sommaire

Sommaire

La production estimative totale d'orge de l'Ouest canadien en 2017 a été évaluée à 7,516 millions de tonnes, ce qui représente une réduction d'environ 10,2 % par comparaison à 2016. Cette production d'orge moindre en 2017 par rapport à 2016 peut être attribuable au rendement inférieur et à la diminution des superficies consacrées à l'orge cette année. Le rendement moyen a été estimé à 69,8 boisseaux/acre en 2017, comparativement à 73,9 boisseaux/acre en 2016. En 2017, la superficie consacrée à l'orge dans l'Ouest canadien totalisait 2,219 millions d'hectares, ce qui représente une diminution de 10 % par rapport à la superficie consacrée à cette culture en 2016.

En 2017, le semis printanier était terminé à la première semaine de juin dans la plupart des régions de l'Ouest canadien. Les conditions sèches dans les régions du sud ont entraîné certains problèmes d'établissement des plantes, particulièrement dans le cas de celles issues d'un semis tardif. Les températures supérieures aux normales et les conditions généralement sèches ont été prédominantes en juin et en juillet dans la majeure partie de l'Ouest canadien. Dans les principales régions productrices d'orge de l'Ouest canadien, les plantes ont été exposées à un stress hydrique qui a entraîné une diminution des attentes quant au rendement. Cependant, les bonnes réserves en eau du sous-sol et les averses éparses dans le nord et le centre de la Saskatchewan ont fait en sorte que les rendements n'ont pas diminué considérablement par rapport à la normale. Grâce aux conditions sèches, les maladies ont été minimes dans la plupart des régions productrices d'orge. Un temps sec et plus chaud que la normale a subsisté en août et au début septembre, ce qui a permis une récolte rapide de l'orge. 

Aux fins de l'enquête sur la récolte d'orge de 2017, le Laboratoire de recherches sur les grains (LRG) et le Centre technique canadien pour l'orge brassicole (CTCOB) se sont fondés sur des échantillons composites de variétés distinctes d'orge représentant un volume de plus de deux millions de tonnes d'orge sélectionnée dans l'Ouest canadien pour le maltage par des entreprises de manutention des grains et des sociétés brassicoles.

Dans l'ensemble, la saison de culture sèche connue en 2017 a permis la production d'un stock suffisant d'orge brassicole d'excellente qualité, et le grain produit en 2017 présente une teneur en protéines légèrement inférieure à la moyenne et est plus lourd et plus ventru comparativement aux moyennes décennales. De plus, le grain produit présente une énergie de germination et une vigueur très élevées et une sensibilité à l'eau faible. Selon l'analyse rapide de la viscosité (RVA), la majorité des échantillons d'orge analysés en 2017 étaient sains et présentaient un très faible taux de germination sur pied. Le malt produit à partir de l'orge cultivée en 2017 contenait une teneur élevée en extrait de malt. Les teneurs en protéines solubles et en azote aminé libre du moût étaient légèrement inférieures à la moyenne à long terme. Les taux d'enzymes (pouvoir diastasique et alpha-amylase) du malt étaient adéquats et semblables aux moyennes à long terme. Le malt bien désagrégé a donné un moût présentant une faible viscosité et une faible teneur en bêta-glucanes. Dans le cadre des essais de brassage, la performance de maltage des variétés CDC Copeland, AC Metcalfe et AAC Synergy a été satisfaisante, et celles-ci n'ont posé aucune difficulté de transformation particulière.

Date de modification :